À propos Khatera

À propos Khatera

Bonjour, je m’appelle Khatera Akbari et je souhaite d’être votre candidate libérale et votre prochaine députée fédéral d’Orléans.

J’ai personnellement constaté l’impact que le gouvernement libéral a eu sur les familles de la classe moyenne comme la mienne. Au cours des quatre dernières années, la vie est devenue plus abordable pour les familles à Orléans et à travers le Canada. Mais le travail n’est pas terminé. Je crois fermement que pour aider notre gouvernement à continuer à soutenir et à développer la classe moyenne, nous devons élire plus de membres de la classe moyenne. Et c’est pour ça que je me porte candidate à l’investiture libérale et veux devenir le prochain député d’Orléans.

Mes débuts étaient modestes, dans un pays déchiré par la guerre suite à une histoire riche en adversité. Ma famille a quitté l’Afghanistan quand j’avais deux ans et ça nous a pris dix longues années avant d’arriver enfin au Canada. Je me souviens encore de mon enthousiasme à l’idée de commencer notre nouvelle vie dans un endroit qui m’offrait tant de droits et de libertés, le droit de vote, le choix et la liberté de poursuivre des études et, plus important encore, le droit pour ma famille d’acheter une maison. Un endroit qu’on pourrait appeler notre chez-nous.

Au fil de notre voyage vers le Canada, j’ai absorbé de nouvelles langues et des cultures de nations étrangères pour moi, pendant qu’on me rappelait constamment l’importance de préserver ma propre langue et ma culture. Avoir vu mes parents se battre pour transmettre leur langue et leur culture à leurs enfants fait que j’apprécie le travail important que font les Franco-Ontariens pour assurer la préservation de leur langue et de leur culture.

Ayant compris que le Canada est un pays bilingue et que les Franco-Ontariens constituent une partie significative de ma communauté, j’estimais qu’il était essentiel d’apprendre le français. J’ai appris le français par moi-même, tout en travaillant à temps plein et en élevant mes trois beaux enfants.

Puisque mon lieu de travail ne pouvait pas m’offrir une formation formelle, j’ai décidé d’apprendre le français de façon autodidacte en utilisant des livres de la bibliothèque, pendant l’heure du lunch, la fin de semaine, ou après le coucher des enfants. Je parle cinq langues, mais la langue dont je suis le plus fière est mon français et je suis très heureuse de pouvoir aider mes enfants à faire leurs devoirs en français.

Mes parents m’ont inculqué la valeur du travail acharné et la volonté de bâtir un meilleur avenir pour ma famille. C’est pour ça que j’ai pris sur moi d’apprendre le français et c’est aussi ce qui nous a poussé, mon mari et moi, à aller à tour de rôle à l’université pendant que l’autre travaillait et soutenait notre famille. Une fois diplômée, je suis devenu comptable professionnelle agréée (CPA). Malgré de nombreux défis, nous nous sommes concentrés sur notre espoir pour l’avenir et nous avons travaillé fort. Il y a plus de dix ans, nous avons enfin pu acheter notre première maison à Chapel Hill North.

Venant d’un pays détruit par la politique, je la détestais en grandissant, et de toute façon au Canada d’autres besoins me semblaient plus pressants. Que ce soit aller à l’école et devenir CPA, aider mon mari pendant ses études, lancer une petite entreprise ou élever ma famille, la politique n’était jamais à l’avant-plan.

Mon introduction à la politique a eu lieu quand j’ai accepté un poste sur la colline du Parlement. Mon travail entièrement non partisan consistait à accroître la responsabilité financière et la transparence au Sénat du Canada. C’est là que j’ai travaillé à rendre le Sénat plus transparent sur le plan financier et à rendre les sénateurs plus responsables devant le public. Ce n’est que lorsque le nouveau gouvernement libéral a été formé en 2015 que j’ai réalisé que la politique pouvait en fait être réellement positive, que la scène politique est façonnée par les personnes autour de la table. Je crois que si notre gouvernement veut continuer à soutenir et développer la classe moyenne, nous devons élire davantage de membres de la classe moyenne.


Biographie professionnelle

Je suis comptable professionnelle agréée (CPA) de profession et une cadre chevronée dans la fonction publique fédérale. Mes années de pratique dans le secteur privé et sur la colline du Parlement m’ont permis d’acquérir diverses perspectives dans les domaines de la gestion des risques et des ressources, ainsi que de la responsabilité, transparence, et vérification financières.

En plus de mes responsabilités actuelles dans la fonction publique du Canada, je me concentre sur la formation et le perfectionnement professionnels, les stratégies de communication optimales, l’art oratoire et la gestion du changement. À ce titre, je suis membre du conseil d’administration de l’Institut de la gestion financière (IGF) et facilitatrice pour l’organisation des comptables Canadiens professionnels de l’Ontario (CPAO).

Je suis également active dans la communauté et je travaille bénévolement avec plusieurs organisations, dont Centraide et le Programme de mentorat Paul Martin. Je siège également au conseil d’administration de diverses organisations, dont le Conseil de l’industrie du tourisme de l’Ontario (CITO) et l’Institut canadien des communications de masse (ICCM). De plus, je suis actuellement la présidente de l’Association libérale fédérale d’Orléans.